Titre 5
Univers SPIRALE N°102
EDITORIAL

Démocrature​

«  À chaque fois que vous vous retrouvez à penser comme la majorité des gens, faites une pause, et réfléchissez... »

                                                                  Mark TWAIN

Il  faut bien comprendre que la crise du Covid-19 n’est pas sanitaire mais politique, et qu’aucune des mesures liberticides n’est fondée scientifiquement. Par contre, elle met en évidence l’effarante corruption des politiques et leurs factotums médiatiques et scientifiques, et, plus particulièrement, leurs allégeances envers les puissances de l’argent et leur projet totalitaire.

 

L’objectif est de faire durer la comédie de ce “virus politique” le plus longtemps possible, jusqu’au moment où les mentors de la psy-pandémie planétaire estimeront que “le” vaccin-sauveur et le Great Reset vers une société du “Meilleur des mondes”, sont prêts. À ce moment-là, et à ce moment-là seulement, le virus aura le droit de disparaître, “spontanément”...

En se soumettant avec docilité au port du masque et aux tests PCR, la population maintient sans le savoir la propagande de terreur des gouvernements ainsi que l'état de transe hypnotique induit par les mesures autoritaires liées à cette crise sanitaire artificiellement entretenue. Les discours anxiogènes des médias de masse sont plus que jamais des rengaines d'absurdités :  les contaminations relevées quotidiennement par l’explosion des tests ne reflètent en rien la réalité sanitaire et sont au contraire la démonstration d’une immunité collective au sein de la population. 

À l’exception de la Suède, les dirigeants de nos “démocratures” poursuivent, sans état d’âme, la “feuille de route” du “Plan” mondial du Deep State (L’État profond), avec la prolongation des mesures d’exception,  l’instauration d’un couvre-feu - totalement illégal -  et le reconfinement de millions de gens, précipitant l’effondrement, pour longtemps, de pans entiers de l’économie.

Le reconfinement, dans les cartons depuis l’été, ne vise rien moins qu’à créer un état d'épuisement dans la population. Les conséquences de cette phase sont majeures au niveau psychosocial (anxiété, dépressions, suicides...) avec la destruction de millions d’emplois et l’explosion de la misère. Mais ne serait-ce pas là le but recherché de dirigeants corrompus - ce que la majorité se refuse encore à voir - conduisant les gens à accepter n'importe quoi (vaccins, restriction des libertés) pour retrouver un semblant de vie normale ?

Les "phases de gestion" de la pandémie sont les étapes de réalisation du "Great Reset" (Grande Réinitialisation) qui sera annoncé fin janvier 2021, lors du Forum Economique Mondial (FEM) de Davos, la “vitrine” décomplexée  du Nouvel ordre mondial. Selon les documents consultables sur le site, les stratégies visent à procurer à tous les citoyens une identité numérique, singulièrement présentée comme une réponse au “contrôle” de l'épidémie Covid et à la destruction de l'économie locale au profit des multinationales, des magnats du numérique et du commerce en ligne. 

La démocratie est entrain de s'envoler comme une ancienne utopie, au profit de la fascination technologique. Alors que les  gros titres des médias continuent d'affoler la population, la hightech s'installe sournoisement dans nos quotidiens avec des applications liberticides (traçage par smartphones) et destructrices du genre humain (nouveaux vaccins modifiant l’ADN, micro-ondes 5G..). 

La réalité qui se dessine dans les esprits malades qui ont pris le monde en otage, est l’instauration, en douceur, d’une société totalitaire transhumaniste. Les méthodes violentes des dictatures sont aujourd’hui dépassées. Il s’agit de créer un conditionnement collectif, suffisamment puissant, pour éradiquer l’idée même de révolte. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité, et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres et insignifiantes, moins il va se révolter. Et de faire en sorte que l’information grand public soit nettoyée de tout contenu “subversif”... 

Et surtout pas de philosophie ! Là encore, il faut user de persuasion : on diffusera massivement, via les mass medias, des jeux et des divertissements flattant l’émotionnel ou l’instinctif. Comme l’a écrit George Orwell (“1984”), on occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique, on tournera en dérision les valeurs humaines et spirituelles. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclu du “système”, et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions du “bonheur” (matériel).  

Dans ce scénario du pire de mondes, l'ambiance risque prochainement d’être lourde et le moral s'assombrir. La grogne populaire avec les destructions massives d’emplois, va aller en augmentant et les mouvements de dissidence/résistance risquent de se multiplier jusqu’à des phases insurrectionnelles. Les gestionnaires de la crise d'urgence sanitaire prendront alors avantage des désordres civils pour imposer des mesures coercitives extrêmes à l'ensemble de la population. 

Dans cette perspective, le choix de la “désobéissance civile”, non violente, s’impose afin d’éviter de tomber dans le “piège” de la provocation/répression. Faire triompher la Lumière, c’est accepter la dualité mais en refusant la “guerre”, et ce choix imposé entre la soumission (confinement, puçage...) et la prison-asservissement. Dans ce passage d’un “âge sombre”, il est essentiel de prendre soin de “l’intérieur” et de méditer sur le Beau, le Bien et le Vrai, en écoutant de la musique qui élève l’âme, en lisant des livres qui éveillent l’intelligence et le cœur, en se nourrissant des merveilles de la Nature pour projeter un futur de paix, respectueux de l’humain et de la planète.

Marc J. PANTALACCI

(Tous droits réservés © Univers Spirale N°102 - Hiver 2020)

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon