Notre Sélection (suite)

L’onde cosmique du “Serpent à Plumes” :

le Passage à un Age d'obscurité quantique

Pour comprendre l’émergence du « phénomène coronavirus », il faut considérer que ce  virus fait partie d'un scénario cosmique beaucoup plus large, entraîné par les vagues de création d'un champ quantique, à l'origine de tous phénomènes qui apparaissent dans le monde physique.

Bien que rien n'indique que cette “pandémie” soit beaucoup plus grave qu'une grippe saisonnière, un ralentissement économique de très grande ampleur se profile à l'horizon et nous avons peu de raisons de nous attendre à un retour de ce que nous pourrions considérer comme la “normalité” de la société d’avant. 

À terme, c'est le champ quantique à l'échelle planétaire qui déterminera dans quelle direction ira l'évolution de la planète. Le moment le plus difficile, créé par ce changement cosmique, est donc très probablement à venir - virus ou pas de virus. Dans le meilleur des cas, un nouveau monde basé sur l'égalité pourrait se stabiliser après 2031, mais nécessitera un effort énorme d'une grande partie de l'humanité pour traverser les deux prochaines années…

Le Serpent à plumes est entré, à partir d’octobre 2011, dans un passage d’obscurité quantique, un « âge sombre »,  avec la fin de cette civilisation mondiale matérialiste dominée par l’Occident. Ce qui se passe actuellement sont les reflets de la récession du Serpent à plumes (spirale négative). À un certain niveau, la peur est associée à ce passage d'un état quantique de la dualité obscurité/lumière. Comme métaphore, nous pouvons penser à la façon dont les serpents peuvent parfois créer de la peur chez leurs proies, au point qu’un état d'hypnose et de paralysie va se créer. 

Cette règle générale semble très bien s’appliquer à notre situation actuelle où le Coronavirus a mis la civilisation mondiale tout entière au repos, et même au point mort. Cet état d’immobilisation, quasi hypnotique, indique que le mouvement du Serpent à plumes a déplacé nos esprits vers un état quantique de la nuit où nous ne savons pas très bien comment avancer...

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°100)

Edgar Morin : « La pensée complexe aide à affronter l'erreur, l'illusion et l'incertitude »

Penser dans un monde complexe... L'affaire n'est pas simple, et pourtant nécessaire. En effet, la quatrième révolution industrielle apporte son lot d'incertitudes et de défis : économiquement, l'adoption rapide de nouvelles technologies (Internet sur mobile, intelligence artificielle, big data et cloud) conduit à repenser les modèles d'affaires et les formes de l'emploi ; socialement, l'évolution du travail et le développement rapide des réseaux sociaux d'information conduisent à repenser nos modèles politiques et sociaux ; écologiquement, l'urgence climatique implique une métamorphose des modes de production...

Philosophe/sociologue/anthropologue, Edgar Morin, a construit ce qu'il appelle la “pensée complexe”. Une pensée bâtie sur plusieurs niveaux : le premier fournit la notion d'organisation. Il en retient la notion d'incertitude et de l'ordre issu du désordre qu'il résume par la formule : ordre/désordre/organisation. Le second procure la notion d'auto-organisation.

Le mot complexe est un mot bouche-trou qui nous permet d'éviter ou d'expliquer ce qui a cessé d'être simple, précise Edgar Morin. Autrement dit, la complexité est un défi que nous rencontrons dans la vie de tous les jours. Dans la nature, vous savez très bien que celle-ci n'est pas disposée comme dans une université où il y a d'un côté la botanique, d'un autre côté la biologie ou la géographie, etc. 

En réalité tout cela est lié. Or notre éducation nous apprend à séparer les réalités en petits morceaux à travers différentes disciplines. Ce que j'appelle la « pensée complexe » est une tentative pour aider les gens à comprendre ce qu'ils appellent “complexe”. Elle a pour but de relier ce qui, dans notre perception habituelle, ne l'est pas. Elle nous éclaire sur la connaissance qui est un phénomène, dont nous avons besoin pour prendre des décisions, affronter la vie dans tous les domaines. Car le plus grand risque, dans la vie, c'est de se tromper dans ses choix.

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°100)

Un univers en parallèle... mais à l’envers

D’étranges particules observées en Antarctique pourraient chambouler la perception que nous avons de notre Univers. Et s’il y avait une réalité alternative où tout serait inversé, même le Temps ?

Dans l’Antarctique, les choses n’évoluent que lentement. Pendant tout un mois, Peter Gorham et ses collègues et lui ont surveillé un ballon géant qui transportait une multitude d’antennes en altitude au-dessus de la glace, avec pour mission de scruter un million de kilomètres carrés de paysage gelé en quête de traces de particules de haute énergie venues de l’espace. Quand l’expérience est redescendue au sol après son premier vol, son butin était maigre, en dehors d’un peu de bruit de fond. Le résultat a été le même après le deuxième vol, plus d’un an plus tard. 

Alors que le ballon flottait dans le ciel pour la troisième fois, les chercheurs ont décidé d’éplucher de nouveau les données dont ils disposaient déjà, surtout ces signaux qu’ils avaient considérés comme du bruit. Ils ont été bien inspirés. En examinant de plus près un des signaux, ils se sont aperçus qu’il pouvait correspondre à une particule de haute énergie. Sauf qu’il ne ressemblait pas à ce qu’ils avaient escompté. Surtout, il avait quelque chose d’impossible. Au lieu d’être émise d’en haut, cette particule explosait à partir du sol... 

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°100)

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon