Sélection (suite)

Grand Jury pénal international : 

L'heure des comptes !

Une coalition d’avocats et de juristes internationaux a lancé une procédure judiciaire afin que soient jugés les responsables des «crimes contre l’humanité », perpétrés par les gouvernements et les “mondialistes psychopathes” qui ont pris prétexte de la “pandémie” de Covid-19 pour instaurer la tyrannie sanitaire par des confinements et des injections contraintes avec des produits expérimentaux aux graves effets secondaires.

Le groupe qui s’est constitué en Grand Jury pénal international, appelé le « Tribunal de l’opinion publique des peuples », s’est réuni pour la première fois, les 5 et 6 février en Allemagne, pour détailler les nombreuses violations des droits de l’homme infligées par les politiciens pendant la “pandémie” de Covid-19, sous la directive du Forum économique mondial (WEF) de Klaus Schwab, de l’OMS (Tedros Ghebreyesus) et des CDC (Antony Fauci). 

Visant à déterminer les responsabilités des "élites" dans le “coup d'État mondial” sanitaire et liberticide que les peuples subissent depuis près de 2 ans, cette procédure doit permettre de divulguer des preuves étayées et des témoignages, afin de dire la vérité en cette période d'obscurantisme.

"Ce que nous entreprenons, est de donner une vision complète de ce qu'il s'est passé, et de ce qu'il se passe actuellement," a souligné l'avocat Me Reiner Fuellmich. Nos gouvernements ne sont plus nos gouvernements, nos institutions ont été infiltrées par ceux qui commettent ces crimes contre l'humanité. Il paraît essentiel que cette procédure soit connue de tous.”

Cette procédure, unique dans l’histoire, se déroule dans des conditions particulières, hors du cadre judiciaire existant en Europe, celui-ci n’étant pas de nature à instaurer une pleine confiance dans la tenue d’un procès équitable. 

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°107)

Injections Covid: Déclenchement du "Syndrome d'immunodéficience acquise par les vaccins"

C'est une bombe à retardement ! Selon les données officielles du gouvernement britannique, les personnes triplement vaccinées développent le syndrome d'immunodéficience acquise à un rythme alarmant !

Sous AMM conditionnelle, ils n’ont qu’une homologation Ces données prouvent qu'une dose de rappel du vaccin peut renforcer à court terme le système immunitaire des personnes vaccinées, mais malheureusement, ces mêmes données montrent que les performances du système immunitaire commencent ensuite à décliner encore plus rapidement.

Ces données suggèrent donc que la population vaccinée aura désormais besoin d'un cycle sans fin de rappels pour renforcer son système immunitaire jusqu'à ce qu'il ne soit plus défaillant mais inférieur à celui de la population non vaccinée. 

Le syndrome d'immunodéficience acquise est une maladie qui entraîne la perte de cellules immunitaires et rend les individus vulnérables à d'autres infections et au développement de certains types de cancers. En d'autres termes, il décime complètement le système immunitaire

L'efficacité réelle des injections de Covid-19 diminue considérablement en peu de temps, mais malheureusement pour la population vaccinée, au lieu que le système immunitaire revienne au même état qu'avant la vaccination, les défenses du système immunitaire commencent à décliner rapidement. 

Les médecins appellent ce phénomène chez les multi-injectés « l'érosion immunitaire » ou « l'immunodéficience acquise », ce qui explique l'incidence élevée de la myocardite et d'autres maladies post-vaccinales qui les affectent soit plus rapidement, entraînant la mort, soit plus lentement, entraînant une maladie chronique. maladie.

Le code de Nuremberg de 1947, la déclaration d’Helsinki qui en a découlé et les réunions régulières de l’AMM (Association Médicale Mondiale) s’opposent formellement à l’obligation vaccinale. Si on reprend l’analyse des faits reprochés aux nazis lors du procès de Nuremberg, on retrouve les mêmes caractérisations qui obligent les gens à se faire injecter un produit en essai clinique sans consentement éclairé ! Nous avons souligné ailleurs que les principales expériences reprochées aux médecins nazis condamnés à Nuremberg étaient précisément des essais de vaccins. Obliger sans consentement libre à être traité par un "vaccin" expérimental, reprend ni plus ni moins, les agissements des médecins nazis...

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°107)